Les chiffres-clés de 2017

22 juin 2018

Consultez le document de référence sur l'activité du SMICTOM en 2017 : bilan sur le fonctionnement, la collecte, le traitement, les indicateurs financiers, les actions de sensibilisation et les mesures pour l'environnement.

Diminuer les déchets non valorisables

Au fil des ans, le SMICTOM s’est attaché à mettre en oeuvre des dispositifs de recyclage visant à réduire la quantité des déchets non valorisables que nous produisons. Ces déchets sont en effet enfouis ou incinérés, il faut donc en amont valoriser tout ce qui peut l’être pour ne pas perdre la matière recyclable dans les déchets non valorisables. Sur une planète où les ressources sont limitées et où leur exploitation a un coût environnemental majeur, il est important d’agir sans relâche pour éviter ce gâchis.

De grands progrès ont été faits en la matière. Aujourd’hui, nous recyclons ou valorisons une trentaine de flux de déchets différents : emballages, papiers-cartons, bouteilles en verre, mais aussi les nombreux matériaux apportés en déchèteries comme les déchets verts, le bois, les textiles, les gravats, les objets réutilisables. La nouvelle déchèterie de Barr, ouverte en 2017, illustre bien la multiplication des flux qui permet de réduire la quantité de déchets non valorisables.

Un autre levier d’action majeur est la prévention : il s’agit de sensibiliser les habitants pour éviter au moment de l’achat de générer des déchets superflus, pour favoriser le don, le réemploi et les pratiques les moins consommatrices de déchets non valorisables. Là aussi, les nombreuses actions portées par le Smictom et ses partenaires portent leurs fruits.

Pour autant, le Smictom a identifié de réelles marges d’améliorations possibles. Il travaille à les mettre en oeuvre d’ici 2020, avec deux objectifs majeurs :

  • recycler les emballages plastiques aujourd’hui jetés dans le bac gris et qui pourront être mis dans le bac jaune pour être recyclés dès que notre centre de tri aura été modifié et permettra de trier ces plastiques (pots de yaourts, barquettes, etc.) ;
  • améliorer la qualité du compost en collectant les biodéchets à part, dans des bornes d’apport volontaire qui seront mises en place dans les communes d’Alsace Centrale, et en modernisant l’unité de compostage de Scherwiller, ce qui permettra de produire un compost d’encore meilleure qualité, utilisable en agriculture biologique.

Ces changements notoires répondent à la fois aux évolutions règlementaires (loi sur la transition énergétique) et au vieillissement de certaines de nos installations (site d’enfouissement, unité de compostage) : ils permettront une dynamique nouvelle, avec un engagement citoyen en phase avec la démarche Territoire Zéro Déchets Zéro Gaspillage portée par notre Syndicat.
Merci d’avance pour l’attention que vous porterez aux évolutions à venir et pour votre engagement à nos côtés.

Jean-Pierre PIELA
Président du SMICTOM d’Alsace Centrale

Partager cet article

:
Comment trier ? Où jeter mes déchets ?Lancer une recherche